Presse

Presse & itw

Photo par Emilie Jafrate

Extrait d’un entretien :
« Elle nous entraine à la rencontre du monstre qui est en nous. Monstre d’amour, de désir, monstre cannibale qui dévore l’autre de mille façons. La nature devient métaphore des recoins les plus sauvages de la conscience humaine, loin des vies bien rangées que nous menons en ville. Morgane Champagne est une photographe vorace, elle avoue volontiers que son envie de photographie est née de « son désir de tout ». Désir de l’autre, des autres, désirs du corps et de la chair qu’on rêve de posséder un jour ou à jamais. Un désir qui transpire à travers des clichés comme « Fruits défendus », 2014, ou Morgane met en scène/interprété l’histoire d’amour d’une femme tiraillée par un désir de découverte, d’un pêché, d’un fruit défendu. Entre attraction du corps qui dévoile tous ses trésors et la raison, ira-t-elle jusqu’au bout de son attirance ?

À mi-chemin entre photo surréaliste et photo conceptuelle, Morgane a choisi le terme « photo poévie » pour qualifier son style ; mélange de poésie et de vie, C.A.C nous rappelle que la poésie est la texture même de l’existence. « Qu’est-ce qu’un poète, si ce n’est un traducteur, un déchiffreur ?” disait Charles Baudelaire, or les termes poètes et poésie sont traditionnellement associés à l’acte d’écriture, aux mots ; et moins à l’image, à l’acte photographique. Elle semble pourtant être une « traductrice », une « déchiffreuse » de l’intime, de l’inconscient, de la nature humaine ».

Propos recueillis lors d’une itw en 2013 par Anne-claire Bondon
*C.A.C : Champignon au Champagne

Presse

Liens articles :